Controle Technique de son van aménagé

controle technique van amenage

Contrôle technique, contrôle pour l’homologation vasp, contrôle spécifique antipollution, les vans aménagés doivent satisfaire à un certain nombre de contrôles obligatoires. Selon la nature de votre véhicule, les obligations ne sont pas exactement les mêmes.

Pour vous permettre d’y voir plus clair, Antilope VAN met à votre disposition ce guide explicatif.

Le contrôle technique pour un van dont l’aménagement est de série

Cette situation est celle qui pose le moins question puisque la fonction du véhicule est définie dès sa fabrication. Il s’agit, ici, de véhicules dont l’aménagement a été réalisé d’origine par le vendeur initial. La carte grise porte alors la mention VASP : Véhicules automoteurs spécialisés à PTAC (poids total autorisé en charge) de moins de 3,5 tonnes. Ces vans aménagés sont, au regard de la loi, considérés comme des camping-cars. Ils doivent donc répondre aux mêmes obligations qu’un camping-car pour le contrôle technique.

C’est le cas de notre van aménagé 5 places, le Flex5 qui bénéficie de l’homologation VASP.

Le premier contrôle technique doit être effectué dans les 6 mois précédant le 4e anniversaire du véhicule. La date prise en compte est celle de première mise en circulation qui apparaît sur la carte grise. Une contre-visite peut s’avérer nécessaire si certains défauts obligent à une réparation. Les contrôles suivants s’effectuent tous les 2 ans, de date à date, exactement comme pour n’importe quelle voiture.

Les centres de contrôle agréés sont les mêmes que ceux pour les voitures particulières et les enseignes sont nombreuses. Le contrôle technique est identique à celui d’une voiture et comprend donc 133 points de contrôle. Il est toutefois un peu plus cher, de l’ordre de 20 %.

Le contrôle technique pour un van que l’on a aménagé soi-même

Il s’agit ici de véhicules dont l’aménagement a été réalisé après la première mise en circulation. La plupart du temps, ce sont des fourgons utilitaires que l’on aménage soi-même ou dont on confie l’aménagement à une société spécialisée. Il faut ici distinguer plusieurs situations.

Le van a obtenu son homologation VASP

Votre fourgon a été transformé en auto-caravane et les aménagements réalisés sont pérennes. Vous avez satisfait à toutes les étapes de l’homologation VASP, depuis le Certificat de Conformité d’un Véhicule habitable de Loisirs délivré par l’un des deux organismes qui se partagent le marché (Veritas et Qualigaz) jusqu’à l’homologation finale auprès de la DREAL (Directions Régionales, de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement). Dans ce cas, votre véhicule subit le même contrôle technique que les camping-cars. Vous pouvez vous référer au cas vu précédemment, celui d’un véhicule homologué VASP de série. Si vous souhaitez en savoir plus sur l’homologation VASP d’un véhicule aménagé, Antilope VAN a conçu ce guide spécialement à votre intention : homologation VASP

Le van n’a pas besoin d’une homologation Vasp

Il s’agit ici de véhicules aménagés dits modulables. Les aménagements réalisés doivent pouvoir être démontés rapidement, et ne doivent pas inclure un circuit de gaz. Il faut également que la structure du véhicule n’ait pas été modifiée. Dans ce cas, votre van aménagé conserve aux yeux de la réglementation son statut initial de véhicule utilitaire. Cela est indiqué sur la carte grise avec la mention CTTE (carte grise véhicule utilitaire).

Notre modèle Flex3, van aménagé 3 places, répond à cette qualification.

Pour ces fourgons aménagés, la procédure du contrôle technique nécessite une étape supplémentaire. Le véhicule devra d’abord satisfaire au contrôle technique standard, identique à celui d’une voiture, à réaliser 6 mois avant le 4e anniversaire de la première mise en circulation. Le véhicule devra ensuite renouveler son contrôle technique tous les 2 ans, de date à date. Pour chacun de ces contrôles, une contre-visite sera parfois nécessaire. Mais une autre obligation s’impose, visant à mesurer le niveau de rejet de CO2 du fourgon. Ce contrôle antipollution doit être réalisé dans les 2 mois qui précèdent le 1er anniversaire du contrôle technique. Pour être plus clair, une fois le premier contrôle technique effectué, au bout de 4 ans, le fourgon aménagé doit subir un contrôle tous les ans : une année le contrôle antipollution, l’année suivante le contrôle technique classique.

Le véhicule devrait être homologué VASP, mais ne l’est pas

C’est une situation qui n’est franchement pas idéale et qui vous expose à divers problèmes. Vous avez aménagé votre van pour le transformer en véritable camping-car, en y installant un couchage, une table, des sièges, une cuisine (gaz et électricité), des placards, mais vous n’avez pas obtenu l’homologation VASP ou vous n’avez pas effectué les démarches pour pouvoir l’obtenir. Il semble important de rappeler que l’homologation VASP, qui est obligatoire en ce cas, vise avant tout à s’assurer que le véhicule aménagé ne représente pas un danger pour vous et vos passagers lorsque vous prenez la route. Soustraire son véhicule, c’est tout simplement prendre des risques très importants, vis-à-vis de la loi, de votre assurance, mais surtout de votre sécurité.

Qu’en est-il du contrôle technique dans cette situation ? L’évidence à rappeler est que le véhicule n’obtiendra pas le précieux macaron s’il est présenté avec tous ses aménagements. Pour passer l’étape, il vous faudra donc tout démonter pour redonner à votre van l’aspect initial d’un fourgon utilitaire. N’hésitez pas à vous informer auprès de votre centre agréé de contrôle technique, les exigences de démontage peuvent varier. Mais même avec cette contrainte de devoir démonter vos équipements, le contrôleur peut refuser d’évaluer le véhicule en l’état, en particulier si la structure, telle qu’elle apparaît sur le barré rouge, a été modifiée (ouverture de portes ou de fenêtres, répartition des charges…). Il s’agit là de modifications soumises à autorisation du constructeur.

Si le centre de contrôle technique accepte de prendre en charge votre véhicule, le contrôle technique est alors celui d’un véhicule utilitaire classique (CTTE), tel qu’expliqué un peu plus haut.

Le contrôle technique pour des véhicules dont le PTAC dépasse les 3,5 tonnes

Ce dernier cas est très particulier et ne concerne que très peu de vans aménagés. Si le véhicule à un PTAC qui dépasse les 3,5 tonnes, il est alors considéré comme un poids-lourds. Le contrôle technique s’effectue dans un centre agréé spécifique, capable de prendre en charge des camions. Le nombre de points de vérification est bien supérieur et le contrôle doit être renouvelé tous les ans.

Une fois le contrôle technique validé, le macaron bleu est apposé sur le pare-brise. Vous voilà tranquille pour au moins un an, vous pouvez sillonner les routes de France l’esprit serein !

Vous en souhaitez en savoir plus sur nos vans aménagés ? N’hésitez pas à prendre contact avec notre équipe !